Perdre du poids avec l’hypnose humaniste


Aujourd’hui, Annick est venue me voir
pour maigrir un peu et se sentir mieux dans sa peau. Elle est âgée de 66 ans et « se sent
mal dans ses linges »
me confie-t-elle. Je l’écoute et je
la regarde. Ses mains posées sur ses cuisses, le dos décollé du
dossier, elle semble un peu tendue. Son souffle est court : « ça
m’est tombé dessus ».
Depuis l’âge de 50 ans, elle a pris
20kg. Elle ne se reconnaît plus.

Comme Annick, je reçois des femmes qui
souhaitent retrouver un poids de forme et un rapport plus harmonieux
à la nourriture. Anorexiques, Boulimiques, avec des pulsions
alimentaires ou non, toutes ses femmes ont le point commun de
rejeter l’image de
leur corps et de manquer de
confiance. Elles me disent manger pour se faire du bien.
Annick, elle grignotte le soir devant sa télé une fois Luc, son
mari,au lit. Plutôt « sucré », elle m’avoue craquer sur
le chocolat, noir, au lait, en barres…selon ses humeurs. C’est une
manière de combler un vide, celui de la solitude.

Une solitude que sa mère, Viviane, vit
également. « Depuis le décès de son mari René, ma mère
s’ennuie. La solitude lui pèse. Elle veut aller chez les uns et chez
les autres. Elle est sur notre dos et c’est lourd. »
Au fil
de la conversation, je comprends que cette solitude de Viviane se
« transmet ». Par amour, par loyauté, Annick porte
inconsciemment les mémoires de sa mère.

Cette solitude d’où provient-elle?

Elle me révèle ainsi que Viviane a perdu sa mère très jeune, à
l’âge de 16 ans, le jour de son mariage en 1928. Elle lui aurait dit
avant de partir qu’elle pouvait maintenant s’en aller puisque sa
fille avait quelqu’un. Depuis, ce «  quelqu’un », son
mari, est décédé. Viviane se retrouve donc seule avec un profond
sentiment d’abandon qui se répète à chaque génération. Annick
s’alimente en excès pour combler inconsciemment ce vide d’amour
dont elle hérite.

Et cette chaîne d’amour ne semble pas
s’arrêter à Annick. Outre ses 2 soeurs en surpoids, ses filles
connaîssent également pour l’une un problème de surcharge
pondérale et pour l’autre une période d’anorexie sévère. Elle
témoigne d’ailleurs de son inquiétude et de sa grande culpabilité.
Cet état émotionnel, psychique et psychologique est également une
source de conflit intérieur participant à son rapport toxique aux
aliments.

Le constat est probant. Les troubles du
comportement alimentaires trouvent en grande partie leurs origines
dans les mémoires familiales. Mais est-ce uniquement ces empreintes
transgénérationnelles qui poussent Annick à se nourrir entre les
repas? Non. Son enfance et la relation entretenue avec ses proches a
joué un rôle aussi.


Nous
sommes le fruit de nos propres expériences et de celles de nos
parents, grands-parents, arrières-grands-parents….Ainsi
lorsqu’une personne vient me voir pour perdre du poids, bien souvent
les causes sont multiples. Il est nécessaire de creuser dans les
générations précédentes toute autant que dans le passé de la
personne pour que les résultats soient pérennes.

Suite à ses 5 séances
d’hypnothérapie, Annick s’est libérée de toutes ses pulsions
alimentaires et à modifier bon nombre de choses dont elle n’avait
pas conscience. Elle s’autorise un chocolat à la fin du repas
occasionnellement. Elle a retrouvé un lien plus sain avec sa mère
qu’elle accueille chez elle un jour par semaine. Et, elle a perdu 9
kg ! Bravo à elle !

Une séance d’hypnose humaniste pour
perdre du poids peut être efficace mais bien souvent lorsqu’on tire
sur un fil, le maillage inconscient se détricote. Il appartient
ensuite à la personne de choisir de poursuivre ou non son chemin de
transformation intérieure.

Using Format